Critique – Les vies multiples d’Amory Clay – William Boyd

Critique – Les vies multiples d’Amory Clay – William Boyd


Dans son dernier livre, le prolifique William Boyd s’empare d’un personnage réel pour réécrire sa vie.

Amory Clay est née à l’aube du siècle dernier. Son enfance est marquée par la tentative de suicide de son père, détruit par la violence de la « Der des Der » . Très jeune, elle sait qu’elle sera photographe. Cette passion, c’est son oncle Greville, dont elle amoureuse, qui lui a transmise.

Soucieuse d’être indépendante financièrement, elle multiplie les petits boulots, allant même jusqu’à tirer le portrait de mannequins insignifiants.

C’est en « couvrant » les derniers combats du second conflit mondial qu’elle trouve sa voie. Une expérience qu’elle renouvellera pendant la guerre qui opposera les Etats-Unis au Vietnam.

Puissamment romanesque, « Les vies multiples d’Amory Clay » est le portrait d’une femme qui traverse une bonne partie du vingtième siècle avec une grande liberté intellectuelle et sexuelle. A travers le récit de cette existence mouvementée, l’auteur, qui s’est glissé comme un gant dans les pensées de son héroïne, fait un éloge du féminisme, tout en déroulant sous nos yeux quelques pages de notre histoire la plus récente.

1 comment

Add yours

+ Leave a Comment